Surtout, ne décrochons pas, quelles que soient les difficultés. Notre vie en dépend.

Surtout, ne décrochons pas, quelles que soient les difficultés. Notre vie en dépend.

Homélie du Père Etienne NEMI

Les textes de ce jour nous montrent que notre relation avec Dieu influence considérablement le déroulement de notre vie.

Dans l’évangile, nous voyons le sort de ceux qui ont choisi de s’accrocher à Dieu, de s’agripper sur lui comme un enfant contre sa mère, ou même comme une ceinture solidement attachée autour des reins. Leur croissance est aussi fulgurante que celle de la graine de moutarde qui, de plus petite entre toutes les semences qu’elle était, devient un grand arbre dont les branches servent désormais aux oiseaux qui y font leurs nids. Leur transformation est aussi impressionnante que peut être la pâte dans laquelle du levain a été mis.

Ainsi, s’accrocher à Dieu, c’est avoir l’assurance de grandir, d’aller plus haut, de fleurir, de fructifier, et d’être utile aux autres. De citoyen de la terre, on devient aussi citoyen du ciel ; d’un être mortel, on acquiert l’immortalité ; d’un cœur rabougri aux dimensions de nos intérêts personnels, on a désormais un cœur grand, ouvert aux autres et au monde… Tous ceux qui marchent sur les pas du Dieu de Jésus sont forcément plus grands, plus forts, plus universels.

En revanche, nous dit le prophète Jérémie, décrocher de Dieu et de sa parole, « dédaigner le Rocher qui t’a mis au monde », « oublier le Dieu qui t’a engendré », c’est se condamner à une dégringolade, à une chute, à une décrépitude, pareil à une ceinture abandonnée et gagnée par la pourriture, inutile désormais. « Voilà comment je ferai pourrir l’immense orgueil de Juda et de Jérusalem. Ce peuple mauvais (…) deviendra pareil à cette ceinture qui est hors d’usage. »

Alors, accrochons-nous. Surtout, ne décrochons pas, quelles que soient les difficultés. Notre vie en dépend.

Oraisons du Père Anicet AWOUBA

🍃🌷🌱 Seigneur Jésus, tu es la plénitude du Royaume des cieux ! Tu es l’arbre dans lequel il y a plusieurs demeures, tous les oiseaux du ciel peuvent y trouver un abri et y faire leur nid. Seigneur, tu es notre refuge et nous pouvons demeurer en toi. Tu es aussi le levain mêlé à la farine de notre humanité. Tu es pain de vie éternelle. Merci pour tout ! Apprends-nous à rester dans l’action de grâces.