Quels sont les conversions opérées dans ma vie par tel ou tel bienfait reçu de Dieu ?

Quels sont les conversions opérées dans ma vie par tel ou tel bienfait reçu de Dieu ?

Homélie du Père Etienne NEMI

L’évangile de ce jour nous invite à méditer sur le rapport entre miracles et conversion. Y a-t-il un rapport entre les miracles dont les gens bénéficient et leur conversion ? Ceux qui bénéficient le plus des bienfaits de Dieu sont-ils ceux qui se convertissent le plus ? Cela n’est pas si sûr. Au contraire…

Jésus se désole du fait que Corazine et Bethsaïde, qui sont des villes dans lesquelles il a fait des miracles, ne se sont pas converties. Il en est de même de Capharnaüm.

Et c’est d’ailleurs une constante dans la bible. Déjà les commentateurs s’interrogeaient sur le fait que le livre de l’Exode, qui comprend le plus grand miracle (la mer coupée en deux, la manne et la source qui coule du rocher), est en même temps celui dans lequel on trouve la plus grande apostasie, le plus grand reniement de Dieu par l’homme, avec le culte rendu au veau d’or. Ceux qui ont le plus bénéficié vont se révéler comme étant ceux qui vont le plus trahir celui qui leur a pourtant tout donné.

Nous pouvons aussi rappeler l’épisode, dans saint Luc, des dix lépreux guéris par Jésus dont un seul va retourner pour lui rendre grâce.
Comment expliquer le comportement incompréhensible de l’homme comme réponse aux miracles que le Seigneur fait pour lui ? Et lorsqu’on voit la difficulté que nous avons, chacun en ce qui le concerne, à nous convertir, on se dit que cette situation incompréhensible continue. A moins qu’on n’estime que les miracles du Seigneur dans notre vie n’ont pas encore atteint le seuil pour déclencher le processus de notre conversion…

Par contre, Tyr et Sidon sont des villes qui n’ont jamais rien reçu en termes de miracles. Mais ces villes étrangères deviennent pour Jésus, des modèles de comportement qui font honte aux villes d’Israël.

Jésus est donc assez clair dans l’évangile : on peut être condamnés à cause des miracles dont on a bénéficié si en retour, notre réponse n’a pas été la conversion. Le miracle a toujours un but. Les bienfaits que nous recevons du Seigneur ont toujours un objectif à atteindre : nous rendre plus fils et filles de Dieu, nous convertir. Ils n’ont pas pour simple objectif de résoudre un problème ponctuel ou pour notre satisfaction immédiate.

C’est vrai que notre expérience quotidienne nous montre que le riche est souvent plus exigeant encore, alors qu’il suffit souvent d’un peu pour changer la vie du pauvre. Ceux qui n’auront rien reçu ou pas grand-chose, seront moins honteux à la fin que ceux qui auront beaucoup reçu s’ils ne se convertissent pas.

Quels sont les conversions opérées dans ma vie par tel ou tel bienfait reçu de Dieu ?

Oraisons du Père Anicet AWOUBA

🌺🥀🌹 Jésus n’est pas un « faiseur de miracles ». Il en accomplit, oui. Les miracles, qu’il réalise, sont des signes de sa toute-puissance et de son amour. Pardonner est l’un des plus grands actes d’amour ! Parce que pardonner, ce n’est pas oublier… Pardonner c’est reconnaître l’offense qui nous a été faite, regarder la personne qui nous a blessé, et décider de l’aimer, de nous donner à nouveau totalement à cette personne, conscient de ce qui s’est passé entre nous deux. Pardonner, c’est donc un acte purement divin. Et cela nous est possible seulement avec son aide, par sa grâce. Seigneur, que je voie ton amour pour moi ! Seigneur, que je croie en ton amour pour moi ! Seigneur, que je vive de ton amour pour moi !