Esclaves ou homme libres, qui sommes-nous ?

Esclaves ou homme libres, qui sommes-nous ?

TEXTES:
1ère Lecture : Daniel 3, 14 – 20. 91 – 92. 95
Graduel : Cantique Daniel 3, 52 – 56
Evangile : Jean 8, 31 – 42

Homélie du Père Etienne NEMI

Esclaves ou homme libres, qui sommes-nous ? Sommes-nous vraiment libres ? Les textes de ce jour mettent en doute cette liberté dont on se revendique très souvent.

Dans l’évangile, les juifs affirment vigoureusement leur liberté face à Jésus qui semble la remettre en cause. « Nous sommes les descendants d’Abraham, et nous n’avons jamais été esclaves de personne… »

Mais sont-ils réellement libres ? Sont-ils libres quand ils sont tellement prisonniers de leur haine contre Jésus qu’ils n’arrivent plus à discuter avec sérénité et objectivité ? Sont-ils libres alors qu’ils sont tellement prisonniers de leurs opinions, de leurs convictions, de leurs visions, de leurs pratiques, de leur confort, qu’ils en deviennent incapables de supporter la contradiction qui pourrait ouvrir une autre fenêtre, apporter un changement ?

Il suffit parfois qu’on nous demande de quitter telle chose, telle situation, telle habitude, telle personne, pour nous rendre compte, à travers nos réactions, combien nous sommes finalement tous liés, attachés, prisonniers, esclaves de ces choses, situations, habitudes, confort, personnes… Notre peur du changement, de la nouveauté, de l’inconnu parfois, ne trahit-elle pas notre esclavage ? Esclaves de nos habitudes, certitudes, amitiés, inimitiés, de notre confort, de nos œuvres… ces choses qui finissent par confisquer notre volonté, notre liberté.

On se rend alors compte que le chemin vers la liberté est parfois plus difficile à assumer que nos situations d’esclavage. Le peuple hébreu, confronté à la rudesse du chemin vers la liberté, n’avait-il pas trouvé plus facile et plus confortable sa situation d’esclavage en Egypte ? Le réflexe de celui qui est esclave est souvent, devant un changement qui s’annonce, de regretter et de pleurer sur ce qu’il va perdre… Sommes-nous vraiment libres ?

En revanche, ces trois valeureux enfants, Sidrac, Misac et Abdénago dont nous parle la première lecture, sont pour nous un bel exemple de liberté. Il est évident qu’ils ne sont prisonniers, esclaves de rien, même pas de leur vie, encore moins du confort que pourrait leur valoir la soumission servile au roi Nabucodonosor. Rien ne leur fait peur, même pas les souffrances qui leur sont promises. Ils restent sereins, même pas la fosse aux lions… Vaincre la peur, c’est déjà entrer dans le pays des hommes libres.

Sommes-nous capables d’obéir, de quitter, de changer ? Notre opposition permanente, le refus systématique de ce qui nous contrarie, nous en avons pourtant fait un étendard de notre liberté, alors qu’il s’agit là des symptômes de notre esclavage. Il n’y a pas pire esclave que celui qui n’est pas conscient de son esclavage.

🙏🏽 Père Étienne NEMI, CSSp 🙏🏽

Restaurant divin du Père Guy Marcel Enganabisseng

Méditation du Père Aurélien Saniko

Oraisons du Père Anicet AWOUBA

🌹💐🎋 Seigneur, puisque ta parole est vérité et ta loi, délivrance . Cette vérité dissipe les ténèbres de mon cœur et me rend libre pour recevoir ton amour et pour aimer. Seigneur, aide-moi à t’écouter durant cette journée, viens illuminer mon esprit pour contempler la vérité et délivre mon cœur de ses chaînes .
Bonjour et sainte journée !!!

🔥 PAA, CSSp 🔥 🌹💐🎋