-« Comment cela se fera-t-il ? »; -« Rien n’est impossible à Dieu.»

-« Comment cela se fera-t-il ? »; -« Rien n’est impossible à Dieu.»

TEXTES:
1ère Lecture : Isaïe 7, 10 – 14. 8, 10
Graduel : Psaume 39
2ème Lecture : Hébreux 10, 4 – 10
Evangile : Luc 1, 26 – 38

                     HOMÉLIE:

« Le Seigneur est avec toi. » Frères et sœurs, cette annonce de l’ange Gabriel à Marie est vraiment la bienvenue en ces moments de confinement, où on se retrouve tout seul, et où on aurait bien besoin d’une présence rassurante, fraternelle, réconfortante…

L’ange Gabriel annonce à Marie qu’elle enfantera le Fils de Dieu, lui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie. Et Marie enfanta effectivement Jésus, la Vie, cette vie qui détruisit la mort. Et aujourd’hui, dans beaucoup d’églises, un cierge sera allumé, symbole de cette vie venue du ciel par l’Esprit Saint, cette vie qui surgit des entrailles d’une femme au moment de la nativité, cette vie qui surgit des entrailles de la terre au moment de la résurrection. Puisse cette vie surgir encore aujourd’hui du ciel, de nos cœurs, de notre terre.

C’est vrai qu’on a le sentiment qu’aujourd’hui le monde, dans la peur, la douleur et les larmes, enfante plutôt la mort. On a l’impression qu’à chaque instant, une vie tombe sous les balles de la mort. On pleure plus les morts qu’on ne se réjouit les naissances… La mort qu’on nous annonce et qu’on voit partout a fini par tuer la beauté de notre vie, par lui enlever toute saveur. Notre vie ressemble de plus en plus à une mort en sursis, chacun, plus que jamais, étant à l’écoute du moindre signe dans son corps qui pourrait présager qu’elle se rapproche lentement mais sûrement…

Le pape François nous invite, particulièrement en ce jour de l’Annonciation, à nous tourner vers notre Père qui est aux cieux, lui qui fit cette belle nouvelle à Marie par l’intermédiaire de l’ange Gabriel. Comme le peuple hébreu, l’humanité est aujourd’hui en attente d’une Annonciation, d’une Bonne Nouvelle. On se lève tous les matins dans l’espoir d’entendre autre chose que des nouvelles d’apocalypse, de morts. On se lève tous les matins dans l’espoir d’entendre enfin : « C’est fait, on a découvert ! On est sauvé ! » On se lève tous les matins avec l’espoir d’avoir l’ange Gabriel à notre chevet…

Que le Seigneur envoie sur notre humanité désemparée un messager de la bonne nouvelle, un messager d’espoir, un messager de paix, un messager de vie…

Peut-être, comme Marie, pourrions-nous dire aujourd’hui, au regard des lendemains incertains qui se présentent à nous : « Comment cela se fera-t-il ? »

Mais écoutons l’ange nous rassurer : « Rien n’est impossible à Dieu.» Oui, rien ne lui est impossible, hier, aujourd’hui comme demain. Et c’est là notre espoir.

       💟 Père Étienne  NEMI, CSSp 💟

Restaurant divin du Père Guy Marcel Enganabisseng

Homélie du Père Thomas NDO

La sainte Eglise célèbre la fête de l’Annonciation du Seigneur. A travers l’annonce de l’Ange Gabriel et le consentement de Marie qui accepte la volonté divine de s’incarner dans son ventre, Dieu adopte la nature humaine —«Il a partagé notre vie en tout, hormis le péché»— afin que nous soyons élevés comme Fils de Dieu et que nous partagions sa nature divine. Le mystère de la foi est tellement profond que Marie, face à cette annonce, est effrayée. Gabriel lui dit: «Ne crains point, Marie» (Lc 1,30): Tu es la préférée du Tout-puissant, et Il t’a choisie pour être la Mère du Sauveur. Les raisonnements divins brisent les faibles raisonnements humains.

«Ne crains point». Ce sont des paroles que nous lirons souvent dans l'Evangile, le Seigneur lui-même devra les répéter aux apôtres quand ils se trouvent face aux forces surnaturelles, et quand ils ont peur face aux prodiges de Dieu. Nous pouvons nous demander le pourquoi de cette peur. Est-ce une peur mauvaise, irrationnelle? Non! C'est une peur logique que ressentent ceux qui se trouvent petits et pauvres face à Dieu, qui sentent visiblement leur fragilité et leur faiblesse face à la grandeur divine et ressentent leur petitesse face à la richesse du Tout-puissant. Le pape Saint Léon se pose la question: «qui ne verrait pas dans le Christ sa propre faiblesse?». Marie, la fille modeste du village, se voit toute petite… mais dans le Christ elle se sent forte et sa peur disparaît!

C'est là que nous comprenons que Dieu «ce que le monde tient pour rien, c'est ce que Dieu a choisi pour confondre les forts» (1Cor 1,26). Le Seigneur voit Marie et en voyant la petitesse de son esclave il accomplit en Elle la plus grande merveille de l'histoire: l'incarnation du Verbe à la Tête d'une Humanité renouvelée.

En tant que chrétiens, nous espérons de grandes choses, des choses humainement impossibles, pour nous-mêmes, pour l'Église et la société. Comme nous le demandons avec insistance, nous nous rappelons que rien n'est impossible à Dieu.

Si les choses sont difficiles pour moi maintenant, j'essaie de dire avec Marie : «Qu’il me soit fait selon votre parole. »

💝Père Thomas Aristide NDO M.

Oraisons du Père Anicet AWOUBA

🌷🌹💐 Marie écoute et médite la Parole de Dieu dans son cœur et ensuite elle la reçoit dans son sein, le Verbe fait chair. C’est la disponibilité de notre cœur qui ouvre la porte à l’action de Dieu dans notre vie. Dieu ne vient pas résoudre nos problèmes, mais il permet qu’ils deviennent un chemin de croissance. Il ne change pas notre quotidien mais fait que le quotidien devienne l’occasion de vivre l’extraordinaire : l’aventure de l’amour incarné de Dieu. La clef de la réussite de notre vocation n’est pas notre protagonisme mais l’humble certitude que Dieu peut faire des miracles en nous.
Bonjour et bonne Fête de l’annonciation du Seigneur !!!


🔥 PAA, CSSp 🔥 🌷🌹💐