Combien sommes-nous, mauvais ou adultères, à exiger des autres des signes ?

Combien sommes-nous, mauvais ou adultères, à exiger des autres des signes ?

Homélie du Père Etienne NEMI

Les scribes et les pharisiens demandent un signe à Jésus. « Maître, nous voulons voir un signe venant de toi. »

Jésus, quant à lui, choisit de mettre l’accent sur la qualité de ceux qui lui demandent un signe. « Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe. »

On a l’impression qu’en insistant sur la qualité de ceux qui lui demandent un signe, Jésus veut montrer le caractère saugrenu de leur demande. Un mauvais qui veut des autres un signe ! Un adultère qui attend des autres un signe ! Des gens qui ne donnent aucun gage de sérieux sont les premiers à demander aux autres des gages de sérieux ! Logiquement, celui qui est mauvais ou adultère devrait être plus mesuré dans ses exigences… Mais combien sommes-nous, mauvais ou adultères, à exiger des autres des signes ?

Les scribes et les pharisiens étaient comme des aveugles. Ils refusaient de voir qui était Jésus et de reconnaître la portée des actes qu’il posait. Ils étaient fermés à ce qu’il était, à ce qu’il disait et à ce qu’il faisait. Quelle devrait être la première demande d’un aveugle ? N’est-ce pas de sortir de son aveuglement pour pouvoir ensuite voir et apprécier le moindre petit signe ?

Pour un aveugle, le problème n’est donc pas celui de l’intensité de la lumière ou non, mais celui de son incapacité à voir. Tant que nous serons incapables de voir, d’apprécier, d’être éclairés, guidés et transformés par la parole de Dieu, la lumière la plus éclatante, le plus grand des signes ne serviront à rien.

Pour Jésus, l’urgence n’est donc pas les signes qui ne nous serviraient à rien en l’état actuel, mais bien notre conversion comme ce fut le cas pour les gens de Ninive ou pour la reine de Saba. Soigner d’abord sa cécité pour être capable de voir et d’apprécier le plus petit signe.

Mais comme les scribes et les pharisiens, nous avons toujours du mal à comprendre cela. Les mauvais, les adultères, les méchants, les incompétents continuent toujours à demander des signes à Dieu et aux autres, à être exigeants, au lieu de se convertir d’abord eux-mêmes.

Surtout que parlant de signes, Jésus en donnait déjà et il en donne encore aujourd’hui. Mais notre cécité nous permet-elle de les voir ?

Oraisons du Père Anicet AWOUBA

🍂💓🌷 Ouvre mes yeux, Seigneur, aux nombreux signes de ton amour et de ta grandeur et qu’à la force de tes signes, mon cœur se convertisse . Toi qui es plus que Jonas, je veux me laisser séduire par ton exemple d’humilité, obtenir, par la blessure de ton cœur, la componction d’esprit et renouveler ma conversion.