Celui qui rejette l’autre parce que pauvre, pécheur, aura du mal à reconnaître sa propre petitesse, son propre péché.

Celui qui rejette l’autre parce que pauvre, pécheur, aura du mal à reconnaître sa propre petitesse, son propre péché.

Homélie du Père Etienne NEMI

« Alors ils ramassèrent des pierres pour les lui jeter. » La fin de ce chapitre 8 de saint Jean ressemble étrangement à son début, où les mêmes voulaient lapider une femme prise en flagrant délit d’adultère.

Si on pouvait comprendre leur volonté de lapider cette femme qui transgressait la parole de Dieu interdisant l’adultère, et dont la vie par conséquent était un contre-exemple pour la société, on peut se demander quel mal avait fait Jésus pour mériter exactement le même traitement.

En réalité, ceci est révélateur de notre attitude envers notre prochain : nous traitons avec un grand mépris, nous rejetons ceux et celles qui, comme la femme adultère, sont au plus bas moralement, physiquement, matériellement, socialement ; mais nous avons également de la haine, du rejet par rapport à ceux qui, comme Jésus, nous dépassent, qui dépassent toutes nos références, qui sont plus grands que nous.

Du mépris pour ceux qui nous paraissent méprisables, de la haine et de la jalousie pour ceux qui sont respectables. Nous qui aimons regarder les autres de haut, ne supportons pas que quelqu’un soit plus haut que nous et pire encore, qu’il nous regarde de haut. Si la pauvreté de mon frère me donne souvent l’illusion de ma grandeur, la puissance de Dieu me renvoie sans cesse à mes limites, à ma petitesse. Celui qui rejette l’autre parce que pauvre, pécheur, aura du mal à reconnaître sa propre petitesse, son propre péché.

Cette attitude montre comment on est très souvent renfermés sur nous-mêmes, comme si on était le centre de tout, comme si tout devait se réduire à ce qu’on est, à ce qu’on fait, à nos convictions, à nos habitudes, comme si on était l’horizon indépassable.

On rejette le plus petit, et on se ferme au plus grand… Incapable de compassion pour ceux qui sont au plus bas, incapables également d’émerveillement pour ceux qui sont plus haut. Celui qui méprise la femme adultère ne sera pas capable d’accepter la grandeur de Jésus. Les deux sont toujours liés. Celui qui me rejette à cause de mes péchés ne saurait en même temps proclamer les merveilles et la grandeur de Jésus.

Celui qui est capable de pardonner à la femme adultère ne se sentira pas étouffé par la grandeur et la sainteté de Jésus.

🙏🏽 Père Étienne NEMI, CSSp 🙏🏽

Restaurant divin du Père Guy Marcel Enganabisseng

Méditation du Père Aurélien Saniko

Oraisons du Père Anicet AWOUBA

🌺🌿🌷 Seigneur, ouvre mon intelligence et affermis ma volonté : tu es venu et tu as pris notre condition humaine pour vivre, au milieu de nous, ce qui a été annoncé par les prophètes depuis l’origine. Si ton Esprit n’est pas avec moi et en moi, je ne comprendrai rien et ne pourrai rien faire selon ta volonté.
Bonjour et excellente journée !!!

🔥 PAA, CSSp 🔥 🌺🌿🌷